Pëppo

Pëppo

 

Pëppo, adolescent rêveur, un brin voleur, dans un monde qui n’appartient qu’à lui retombe malgré tout dans la vie réelle. A la veille des grandes vacances sa sœur Frida vient de le laisser seul (ou presque) avec les jumeaux, respectivement un an chacun.

 

Fiche d’identité

Titre : Pëppo

Auteur : la magnifique Séverine Vidal

Editeur, mois et année d’édition : Bayard, juin 2018

Prix : 13.90 €

Tranche d’âge : 12 ans

 


Notre critique

Pëppo lutte toute l’année pour suivre un minimum au lycée, mais parfois l’appel de la mer est bien plus fort et il n’est pas rare qu’il descende du bus pour aller rejoindre les vagues. De toute façon, la mer c’est simple, il est né dedans et elle est bien plus fiable que sa mère à lui (qu’il ne voit qu’une fois par an). Quand il n’est pas au lycée ou sur l’eau, Pëppo vit avec sa sœur Frida et ses deux enfants, deux jumeaux d’un an qu’il aime mais pas de trop près quand même. Et encore ce ne sont que les habitants de la caravane, car des personnages il y en a beaucoup dans le camping du Ropical (le T a pris congé) et ils sont tous plus attachants les uns que les autres, mais ils se présenteront eux même, je crois que je ne saurais pas leur rendre hommage.

Pëppo est absolument solaire, complètement dans la lune mais va devoir redescendre rapidement sur terre. Frida est partie, elle lui laisse les petits pour un temps indéterminé. Jongler avec « les dodus », la dernière semaine de lycée et les vacances, ça parait compliqué comme ça mais en fait Pëppo est si plein de malice, de ressources et d’amour que finalement il va même réussir à intégrer une fille à l’équation. Un défi relevé à la sauce Pëppo : un mélange entre du nutella brulant, un café chaussette bien serré et un léger fumet de couche pleine.

Et là je ne vous parle que de l’histoire parce que si je me lance dans l’analyse du texte ben je vous dirais que l’écriture est absolument fabuleuse, maligne, déroutante. On commence avec un Pëppo narrateur qui nous livre ses états d’âme mais en fait que nenni le narrateur devient externe ce qui nous permet de découvrir tout cet univers, et puis Pëppo revient de façon furtive sans vraiment s’adresser à nous, subtilement. C’est ça en fait : Séverine Vidal a créé un monde tout doux et absolument authentique porté par une plume subtile, pleine de tendresse pour ses personnages, et de musique, si bien qu’on a l’impression de vivre là nous aussi, de vivre cet été avec Pëppo, Valdo, Max,….

 

En bref

Pëppo c’est le coup de cœur de l’été, voire de ma vie de lectrice. Une lecture qui m’a absolument transportée dans ce monde si doux et loufoque. C’est un univers absolument farfelu mais tellement juste et réaliste que moi aussi j’ai envie d’aller poser mon barda sur un emplacement du Tropical (le T reviens finalement). Bref, t’as plus de 12 ans et t’as pas lu Pëppo, ben t’as raté ton été.

 

Critique proposée par Ambre NB, Suresnes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s